Building Walls – Breaking Walls (deutsche Version)


Une semaine interculturelle de construction de
murs en pierres sèches sur le Grenchenberg. Association Naturkultur Ceci est un échange pour jeunes entre notre association et des organisations d’Irlande, d’Irlande du Nord,
de Cork et de Belfast, qui rapproche les catholiques et les protestants. En plus de cela, nous travaillons avec une organisation israélienne du Kibboutz Lotan, d’où viennent 4 participants, et une organisation de Jérusalem-Est,
d’où vient le groupe palestinien. Tous les participants connaissent
de leur pays et ont expérimenté les murs et les frontières
qui séparent les cultures. Ici nous les rassemblons, construisons ensemble un mur, qui représente en même temps le pont, le lien entre les cultures. Participantes et participants Quand j’ai entendu parler du projet, j’ai d’abord pensé que nous ne parlerions
que du conflit israélo-palestinien. J’étais un peu nerveux. Je ne voulais pas de dure confrontation,
mais plutôt m’amuser en Suisse. Maintenant cela fait 2 jours que je suis ici. Et c’est plus basé sur le fait de
se rencontrer comme des gens normaux. Peu importe d’où nous venons. C’est vraiment bien ici. Je rencontre de nouvelles personnes,
et nous parlons des différentes cultures. Ensuite, nous sommes allés vers le mur de pierres sèches, nous avons désencombré l’ancien mur. Les chefs du chantier sont très bons,
les suisses sont très gentils. C’est mon premier jour au mur, c’est dur, il fait chaud, et le soleil brille fort. Je transpire beaucoup. Mais je passe vraiment
du bon temps ici avec les autres cultures. Tous travaillent ensemble,
s’aident mutuellement à construire le mur. C’est quelque chose de bien ici. Le mur de pierres sèches.
Qui gère le mur? La plupart des adolescents,
comme tout le monde, quand ils arrivent en face
d’un mur de pierres sèches, ils pensent en premier : « D’accord, on empile simplement
des pierres les unes sur les autres. » Vite ils se rendent compte
que ce n’est pas si facile que ça. Qu’il y a des règles et
des exigences techniques, que l’on doit apprendre. C’est intéressant de voir,
qui est vraiment pris par ce travail. C’est intéressant de voir
comment les adolescents se motivent mutuellement. Nous avons eu des années avec du très mauvais temps, et nous nous sommes inquiétés que ce serait trop difficile pour les participants. Mais les participants ont trouvé ça plutôt drôle. Et ils ont fait des expériences dans la nature,
qui les ont soudés. Tous les jours passent des gens, des randonneurs, surtout quand il fait beau. Tous ceux qui passent sont très emballés par ce projet et nous disent « c’est quelque chose de très bien que vous faîtes ici ». Certains voient plutôt
l’aspect de protection de la nature, d’autre prêtent plus attention aux
liens entre les participants qui travaillent ici. Aujourd’hui, c’est la soirée suisse. Allons cuisiner ensemble une fondue ! Tous les soirs, un pays se présente. On mange des plats typiques. Les différentes cultures sont présentées et discutées. Expériences tirées de la rencontre –
Qu’apprend-on dans « Building Walls – Breaking Walls » sur le Grenchenberg ? Ce projet est très important pour mon peuple. Nous avons peu d’opportunités
d’apprendre à connaitre d’autres cultures. Nous sommes pris par notre quotidien,
le conflit, les problèmes. On sait très peu sur la Suisse et l’Irlande.
Du conflit en Irlande du Nord on ne savait rien du tout. De la Suisse on ne savait seulement que c’était propre, qu’il y avait beaucoup de vaches, que les suisses sont riches. Nous avons des conversations profondes
avec le groupe, sur les barrières et les frontières, visibles ou invisibles. Nous discutons pourquoi ils peuvent être nécessaires, quels problèmes ils causent. Et comment nous pourrions vivre sans. Je crois déjà à la paix et à la tolérance
vis-à-vis des autres cultures. Mais ici, j’ai trouvé de nouvelles amitiés,
qui n’auraient jamais été possibles sans ce projet. Quand je suis venue ici, j’ai pensé que l’on ne
s’assiérait certainement pas à la même table, ou que l’on ne se parlerait même pas,
à part « Bonjour ». Mais ça a été très différent –
le contraire même ! Dans mon entourage à la maison, tous pensent à bien des palestiniens, tous soutiennent la Palestine. Les israéliens passent pour les hommes
les plus mauvais du monde. Mais ici j’ai remarqué : tous sont pareils. Je reste en contact avec tous mes amis ici. Ça a ébranlé mes préjugés et agrandit
ma vision des différentes cultures. Construire des murs de pierres sèches Découvrir des cultures Cuisiner des plats exotiques Surmonter des conflits Une expérience pour toute la vie.

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *